La Réunion, un modèle du vivre ensemble ?

Article : La Réunion, un modèle du vivre ensemble ?
31 mai 2017

La Réunion, un modèle du vivre ensemble ?

« L’île intense, un vivre ensemble unique. » Île de la Réunion Tourisme, 2017

30°, Vivre ensemble, Mer, Volcan, Montagne, Traditions. La Réunion se décline en six cases sur le site web de l’IRT, l’office du tourisme du Conseil Régional. La Réunion, un modèle du vivre ensemble, de la tolérance ? Enfin presque…

L’avion va bientôt atterrir, un message de mise en garde prévient les passagers de la présence de squales. Le mot « requin » est prononcé. Bienvenue à La Réunion, même pas peur ! Après une décennie calme, les requins contre-attaquent depuis 2011. Les autorités parlent même d’une crise, la crise requin, une situation d’état d’urgence qui dure : ma Morey n’a pas glissé depuis 6 ans. Les trois préfets successifs ont verrouillé les plages, lancé des pêches post-attaques contre les sérial killers. Les élus locaux sont sortis du déni, ont placardé des arrêtés municipaux, posé des pancartes le long des côtes. Les flics se baladent désormais en bord de mer avec leurs carnets à souche.

« Moi je vis ici depuis 60 ans… C’est mon pays, monsieur !  » Le maire de Saint-Paul, 2011

Le 19 septembre 2011, après une attaque fatale sur un champion péi de bodyboard, la deuxième en deux mois, les esprits s’échauffent. La dernière attaque mortelle remontait à 2006. Le maire de la commune de Saint-Paul répond aux huées des surfeurs : « La zone de la baie de Boucan, des Roches Noires… Les vieux interdisaient à leurs enfants de mettre le pied là-dedans ! ». Puis c’est la phrase de trop face à un rider zorey qui l’interpelle : « Moi je vis ici depuis 60 ans… C’est mon pays, monsieur ! ».

Plus de 8 Réunionnais sur 10 sont natifs de l’île selon l’INSEE. Les zoreys, les natifs de métropole, représentent 11% de la population réunionnaise. C’est la communauté « étrangère » la plus importante et en constante augmentation. Le zorey, c’est pour nombre de créoles le pouvoir du péi la fré, le préfet, le garde mobile envoyé de Métropole pour rétablir la loi, le fonctionnaire attiré par la surrémunération, celui qui prend les emplois des Réunionnais, la figure du colonialisme. Les requins ont réactivé la sempiternelle rivalité entre créoles et métros. Interrogez les surfeurs « étrangers » qui se sont aventurés sur le pic de la mythique Gauche de Saint-Leu, ou même des riders qui ne sont pas des habitués du spot, ils vous parleront du localisme péi. Peut-on pour autant parler de racisme ? Plutôt une xénophobie douce, une opposition, un antagonisme, une lutte héritée de la colonisation.

Mais il y a pire… Lire la suite

Partagez

Commentaires